Les taxis

Paris, 16.12.2019  On pourrait penser que la grève des transports serait le bonheur des taxis. Surtout que les bus ne circulent encore moins. Jeudi, il faisait très froid et les gens patientaient lugubres aux arrêts, en masses compactes, dans la pluie glacée. Un chauffeur de taxi m´a expliqué: „Non, au contraire! Je travaille beaucoup moins maintenant que normalement, à cause des gigantesques bouchons. Hier soir j´ai mis trois heures pour rentrer chez moi depuis Boulogne!“ C´est l´infarctus. Les gens se saluent dans les superettes, dans les cafés et sûrement aussi dans les bureaux: „Ça roule pas!“
Mais il peut être très beau, même si le traffic roule à peine, d´être assis le soir dans un taxi qui circule dans un Paris en fête, passant les grands monuments bien illuminés, moi j´aurais pu y rester toute la nuit, dernièrement, tellement c´était merveilleux.

Kommentare sind geschlossen.